St Ann’s Orchard Tea (English and French Texts)

May 22, 2014
Originally told to us on the occasion of the official first tasting
by Marie-Hélène Bourret
Now that we are all settled, warmed up by a cup of the Academy tea, let us hear what Eleanor Roosevelt had to say about the divine beverage: “A woman is like a tea bag – you never know how strong she is until she gets into hot water.”
Five strong women jumped into hot water, making an incredible trip to the West. Five women: Sister Mary of the Sacred Heart, Sister Mary Angèle, Sister Mary Luména and Sister Mary of the Conception. A lay woman accompanied them on their adventure to Vancouver Island: Marie Mainville.
They left from Vaudreuil, Quebec, via New York, and then boarded a boat, down to the Isthmus of Panama; they were some of the first female travelers to go through Panama by train. Then on a boat again, to California, Oregon, and they finally reached the Lekwungen and WS’ANEC’ territory, now known as Southern Vancouver Island, two long months after leaving their home convent.
Sister Mary of the Sacred Heart was seasick the whole time. Do you think she ever said: ‘I want this to stop I want to go home’? No, she never did.
Monseigneur Demers had told them about Fort Victoria and its 150 inhabitants. Everyone was very surprised, Mgr Demers not the least, when they reached the Fort, as it was now barely holding 20,000 people, gold prospectors.  Yes, it was the Gold Rush! The metal had been found in the Fraser River, while Mgr Demers was in Quebec.
Life was not easy in this gold town of fortune seekers, all looking for quick cash. When they had money, they drank it away, fought and stole from each other, when they were not literally at each other’s throat; they were leading quite a miserable, hard life. And this is what the first women pioneers walked into. Do you think they cried and whined about wanting to go home? No, not these women, it was not the kind of women they were.
Two days after getting here, the Sisters were teaching catechism. Of course, they had time to rest, bathe in a whirlpool, get massages and be fed a protein shake first thing in the morning, that’s why they were in such a good shape to teach! Not the case! And in only 5 months, they were already opening the school after the log cabin addition had been built.
They got to Fort Victoria to a house without a ceiling and windows. Their mattresses were right on the floor.
Goodness! When I moved to Victoria, BC, last summer, after 5 days on the road, I was ready to cry when I realized I had to put sheets and blankets on my new orthopedic mattress!
The Sisters chopped wood to make a fire, put their aprons over the windows, and they were in business.
That’s how strong they were. And that’s why a black tea was chosen to represent these pioneers of the West. It is strong, without being bitter.
These women were far from being bitter: it was their love for God that brought them here, by choice. It was this same love for their students that made their grown-up students write to them year after year, thanking them for their kindness.
It was a hard time, to say the least, for the people of the First Nations. The Government had just passed the Indian Act in 1859. The goal of that infamous act was to assimilate the First Nations by all means possible, one being acculturation. When British Columbia joined Canada in 1871, the Congregation had to live by the rules of the times. But what we learn from their writings, their letters and their journals, the Sisters were at the mercy of the governments but used kindness where others would have used force, spoke soothing words when others would have used insults. Black tea, that’s all I can say, definitely black tea.
And in this tea you have tasted, there is also something else that reveals more about the flavour, about the colours of the five pioneer women. One of the things the women were adamant about was self-sufficiency. The grocery stores at the time carried dried goods, sugar, tea and the sort, but not much fruit and vegetables. The exchanges with the mainland were not reliable and there was not much money to start with.
Again, they rolled up their sleeves and started gardening. Vegetables, of course, but they were also lucky enough to have an existing orchard on the property: apples, peaches, plums, pears were part of the fall bounty. All the fruit grown at the school was used for the students’ meals. The students were also involved with picking the fruits and learning the basics of gardening and storage of food crops. Everything was seen as an opportunity to establish self-sufficiency.
The yellow transparent apple is a common apple found at St. Ann’s Academy, but there were more species. There is a taste of apple in the tea. You know, of course that the Sisters taught school during the day, took care of the sick at night(1858 to late 1860’s); went to Oregon to learn nursing (1870’s), they built the first hospitals on the island (1878), and started teaching nursing at St. Joseph’s Hospital (1900). I guess that the apple has its place in the St. Ann’s Orchard tea. This 16th century rhyme says it all:
“An apple a day keeps the doctor away. 
Apple in the morning – doctor’s warning. 
Roast apple at night – starves the doctor outright. 
Eat an apple going to bed – knock the doctor on the head. 
Three each day, seven days a week – ruddy apple, ruddy cheek!” 
You might have noticed a hint of peach in your tasting. There used to be two peach trees growing in the novitiate garden.
There is a strong Christian symbolism here. A peach represents the ‘virtue of silence’. Even if the Sisters had a teaching vocation, they still valued silence. It is in silence they prayed, reflected and adored. It is in silence they ate.
The peach also represents a vigorous heart; your heart had to be vigorous to embark on such an adventure as they did! It is sometimes seen in paintings of the Virgin and Child, and takes the place of the apple to symbolize the fruit of salvation. The peach can also symbolize truth.
In the first sip you took of the tea, was there a hint of pear. What a sweet fruit, pear is. By its shape, it has always symbolised the female form. Jennifer Howard-Gibbon, who gave me tons of information about the gardens and the orchard, could probably explain this next notion, better than I can. You see, in order for a pear tree to produce large quantities and a good quality of fruit, there needs to be another compatible variety of pear tree in the same neighbourhood, or the same orchard, having something to do with the ability of cross-pollination.
Well, this also applies to St Ann’s Academy. The teachers, who themselves grew up in different social surroundings, accepted as pupils, girls and boys, from different cultural, social and economic backgrounds. And these children grew, learned and evolved in an environment favourable to the opening of their young minds to the diversity of life.
And when you open the tea canister, you might be surprised to find rose petals, among the tea leaves. And it fits that Daniela Cubelic, founder of Silk Road Tea, added rose petals to her concoction.
Roses are an important symbol for the Catholic Church; they represent the presence and the actions of God. And from the beginning, our five women acted for and in the name of God. Every act, every thought, every pain was about God. But the symbolism does not end there.
Look at the roses that grow in the Academy gardens: they grow in bushes, in community, like the girls who grew within these walls did; the flowers evolved to resist the wind, rain and salty water, as the young women graduating from the Academy were given the tools to thrive and succeed in a society that sees femininity as a weakness. Compassion and caring are strengths!
All the ingredients of the St Ann’s Orchard tea have their place in our history: black tea for the loving strength of the pioneer founders; apples to remind us of the health care services provided by the Sisters and nurses who learned their profession at St. Joseph’s Hospital; peaches for the virtue of silence and reflection; pears for the acceptance of others; and roses, for hidden strength.

This mélange is telling us, not only about the beginning of St Ann’s Academy, but about all the generations of women who came of age here and have gone into society with the tools to change it. It tells us about our present, when we have to be strong, be clear minded so as to provide, for the girls and women of tomorrow, an island of knowledge, of compassion and of companionship. That’s what we have to do, and with all that work ahead of us, well… we’d better have another cup of tea!

****************

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir
sur le thé St. Ann’s Orchard
Par Marie-Hélène Bourret
Assoyez-vous confortablement, et voyons ce qu’Eleanor Roosevelt a dit au sujet du breuvage divin: « Une femme est telle un sac de thé- on ne connait pas sa force jusqu’à ce qu’on la mette dans l’eau chaude»
Cinq femmes fortes ont sauté dans l’eau bouillante en faisant un incroyable voyage vers l’Ouest. Cinq femmes : Sœur Marie du Sacré Cœur, Sœur Marie Angèle, Sœur Marie Luména et Sœur Marie Conception. Une laïque les accompagnait dans leur aventure vers l’Île de Vancouver : Marie Mainville.
Elles quittèrent Vaudreuil au Québec, et via New York, prirent un bateau jusqu’à l’Isthme de Panama; elles furent parmi les premières femmes à traverser Panama par train. Puis sur un autre bateau vers la Californie, l’Oregon et finalement, elles atteignirent le territoire Lekwungen et WS’ANEC’, maintenant connu en tant que le sud de l’Île de Vancouver, deux longs mois après avoir quitté le couvent-mère.
Sœur Marie du Sacré Cœur eut le mal de mer durant toute la durée du voyage. Croyez-vous qu’elle ait dit: ‘je veux que cela s’arrête, je veux retourner chez moi’?  Non. Elle ne l’a jamais dit.
Monseigneur Demers leur avait parlé du Fort Victoria et de ces 150 habitants et tous furent très surpris, Mgr Demers non le moindre, lorsqu’ils atteignirent le Fort qui abritait maintenant 20 000 habitants des chercheurs d’or! Oui, c’était la ruée vers l’or! Le précieux métal avait été trouvé dans la Vallée du Fraser, alors que Mgr Demers était au Québec.
La vie était loin d’être facile dans la Ville de l’Or les mineurs, cherchant tous à se mettre riche rapidement. Et lorsqu’ils avaient de l’argent, ils buvaient, se battaient, volaient les uns des autres, et menaient une vie misérable. Et c’est ici que nos cinq pionnières entrent en scène. Croyez-vous qu’elles se soient mises à gémir et à demander à retourner à la maison? Pas du tout. Elles étaient plus fortes que ça!
Elles ont trouvé la maison qui leur était destinée en bien piètre condition : sans plafond, sans carreaux aux fenêtres; leurs matelas étaient posés à même le sol.
Quand on pense que l’été dernier, après seulement 5 jours sur la route, j’étais prête à pleurer lorsque j’ai réalisé que je devais moi-même mettre les draps et couvertures sur mon nouveau matelas orthopédique!
Elles ont retroussé leurs manches, ont coupé du bois pour faire du feu, ont dressé les fenêtres de leurs tabliers, et elles étaient prêtes à faire face à la musique!
Voilà comment fortes elles étaient. Et c’est pourquoi nous avons choisi un thé noir pour représenter ces pionnières de l’Ouest. Il est fort, sans être amer.
Et ces femmes étaient loin d’être amères : c’est l’amour de leur Dieu qui les a amenées ici, de leur propre choix. C’est ce même amour, donné à leurs élèves, qui amena ces filles, une fois devenues femmes, à leur écrire, année après année, pour les remercier de leur gentillesse.
Ce fut une période difficile, et le mot est faible, pour les gens des Premières Nations. Le gouvernement canadien venait juste de passer la Loi sur les Indiens en 1859. Le but de cette loi infâme était d’assimiler les Premières Nations, par tous les moyens possibles, un de ces moyens étant l’acculturation. Lorsque la Colombie Britannique s’est jointe au Canada en 1871, la Congrégation n’avait d’autre choix que se plier aux lois du temps. Mais ce que leurs écrits nous apprennent (journaux intimes, lettres), c’est que les Sœurs furent des instruments du gouvernement, et qu’elles utilisèrent la gentillesse alors que d’autres utilisaient la force; réconfortant par leurs paroles, alors que d’autres insultaient et brutalisaient. Thé noir, définitivement du thé noir.
Et dans le thé que vous pourrez savourer (lorsque vous en achèterez!) il y a aussi d’autres éléments qui révèlent plus de la saveur, de la couleur des cinq pionnières. Une des priorités de ces femmes était l’autosuffisance. Il y avait des épiceries, bien sûr, qui vendaient du sucre, du thé et ce genre de choses, mais peu de fruits et légumes. Les échanges avec le « Main Land » n’étaient pas très fiables, et en fait, il n’y avait pas beaucoup d’argent dans le gousset des Sœurs!
Alors, elles commencèrent à jardiner. Des légumes, bien entendu, mais aussi des fruits, car il y avait un verger sur la propriété : pommes, pêches, prunes et poires faisaient partie de la moisson de l’automne. Tous les fruits et légumes récoltés à l’école faisaient partie du menu des étudiants. Ceux-ci participaient à la culture des fruits et légumes, à la récolte et apprenaient les bases du jardinage et de la conservation des aliments. Tout était vu comme une opportunité d’établir l’autosuffisance.
La pomme jaune transparente est un fruit commun à l’Académie Ste-Anne, mais il y avait de nombreuses autres espèces dans le verger, à ce moment-là. Il y a un goût de pommes dans notre thé: vous savez, bien entendu, que les Sœurs enseignaient durant la journée, prenaient soin des malades la nuit (1858 à la fin des années 1860); elles allèrent en Oregon pour apprendre le métier d’infirmière (années 1870), ont fait construire les premiers hôpitaux sur l’Ile (1878) et ont commencé l’école d’infirmières à l’hôpital St. Joseph (1900)?
Oui, la pomme a sa place dans le thé de l’Académie Ste-Anne. Voici un poème du 16ieme siècle sur le sujet :
(Traduction libre)
« Une pomme par jour éloigne le docteur, 
Pomme le matin – Congé pour le médecin, 
Pomme rôtie le soir – Le médecin dit au revoir, 
Une pomme avant d’aller au lit – le médecin est estourbi, 
Trois pommes par jour, sept jours par semaine – pommes rouges, joues rouges! » 
Vous goûterez peut être aussi un peu la pêche, à la première gorgée du thé St. Ann’s Orchard. Il y avait, un temps, deux pêchers dans le Jardin des novices. Il s’agit là d’un très fort symbole chrétien. La pêche représente la « Vertu du silence ». Même si la vocation des sœurs était d’enseigner, elles appréciaient le silence, car c’est en silence qu’elles priaient, réfléchissaient et adoraient. C’est dans le silence qu’elles mangeaient.
Ce fruit représente aussi un cœur vigoureux : et votre cœur devait être vigoureux pour embarquer dans une telle aventure! La pêche se retrouve parfois dans des peintures représentant la Vierge et l’enfant, la pêche prenant alors la place de la pomme en tant que fruit de salut.
Vous vous demanderez après quelques gorgées : « Est-ce qu’il y a pas un peu de poire dans ce thé?» Et vous aurez raison! Par sa forme, la poire a toujours symbolisé le corps de la femme. Jennifer Howard-Gibbon, qui m’a donné des tonnes d’informations au sujet des jardins et du verger, pourrait probablement mieux expliquer que je ne le fais, la notion suivante : pour qu’un poirier puisse produire une large quantité de fruits de bonne qualité, il faut qu’il y ait un autre poirier d’une espèce compatible, dans le même verger, ceci afin de faciliter la pollinisation croisée.
Et cela s’applique aussi à l’Académie Ste-Anne. Les professeurs, ayant grandi et évolué dans des environnements sociaux parfois très différents, acceptaient comme étudiants des garçons et des filles de milieux culturels, sociaux, ethniques et économiques très diversifiés. Et ces enfants grandissaient, apprenaient et évoluaient dans un environnement favorable à l’ouverture de leurs jeunes esprits à la tolérance et à l’acceptation de la diversité.
Et finalement, lorsque vous ouvrirez la boite du thé St. Ann’s Orchard, vous serez sans doute surpris d’y trouver des pétales de roses parmi les feuilles de thé. Il semble que Daniela Cubelic, fondatrice de Silk Road Tea, ait été inspirée d’ajouter des pétales de roses dans sa concoction.
Les roses sont un autre important symbole chez les Catholiques : elles signifient la présence et les actions de Dieu. Et depuis le début, ces cinq femmes ont agi au nom de leur Dieu. Chaque action, chaque pensée, chaque douleur était pour Dieu. Mais le symbolisme ne s’arrête pas ici.
Voyez les rosiers qui poussent dans les jardins de l’Académie Ste-Anne: ils poussent en buissons, en communauté, comme ces filles qui ont grandi entre ces murs; les fleurs ont évolué pour résister au vent, à la pluie et à l’eau de mer, comme ces jeunes femmes, diplômées de l’Académie ont reçu les outils pour réussir dans une société qui voit la féminité comme une faiblesse. La sollicitude et la compassion sont des forces!
Tous les ingrédients du thé St. Ann’s Orchard ont leur place dans notre histoire: le thé noir pour la force aimante des pionnières fondatrices; les pommes pour nous rappeler des infirmières ayant appris leur métier à l’hôpital St. Joseph; les pêches pour la vertu du silence et de la réflexion; les poires pour l’acceptation des différences chez les autres, et les roses, pour leur force cachée.
Ce mélange nous raconte, non seulement les débuts de l’Académie Ste-Anne, mais aussi le passage de ces générations de femmes qui ont atteint leur majorité ici, et sont allées en société avec les outils pour la changer. Cela nous parle de notre présent, alors que nous devons être forts, fortes, avoir l’esprit clair, pour donner aux filles et femmes de demain un ilot de connaissance, de compassion et de sororité. C’est ce que nous avons à faire, et avec tout ce travail devant nous, et bien on mérite une autre tasse de thé!

Leave a Comment